Le Patrimoine hippomobile


Un ensemble unique : Plus de 300 voitures, réparties en 60 modèles, dont certains rarissimes !

 


Un patrimoine encore vivant,

Photo 1.jpgPhoto 2.jpg

Le seul carrick à pompe encore attelé

qui raconte notre histoire :

Photo 3.jpg

Exemple d’utilsation du Road Coach

Photo 4.jpg
Road coach, par Holland & Holland ayant
appartenu au baron Zuylen de Nyevelt de Haar,cofondateur avec le marquis
de Dion,
de l’Automobile Club de France. Collection Haras nationaux

et qui doit être sauvegardé :

Photo 5.jpg

ce qui nécessite des savoir-faire particuliers.

 

PRINCIPAUX ELEMENTS de la COLLECTION DES HARAS NATIONAUX
( tirés de l’ouvrage de Monsieur Jean-Louis Libourel )

 

Les voitures les plus prestigieuses


Grand coupé de voyage
La voiture la plus ancienne et la plus spectaculaire des Haras nationaux. Construit entre 1839 et 1843 par les carrossiers parisiens Berlioz et Gouillon,
il a appartenu au marquis d’Albon dont il porte les armes, et provient du château d’O, près de Mortrée (Orne). Il a été donné au haras en 1948.
Classé Monument Historique en 1987.
Photo 6.jpgPhoto 6 bis.jpg

A gauche, après la restauration en 2008


Milord fermé

Photo 7.jpg
La seule voiture de ce type conservée dans une collection publique française. Construit à Paris après 1870 par Jacques Rothschild & Fils. Classé Monument Historique en 1987.
Rénové en 2010 avec l’aide de la Société des Amis des Haras nationaux.

Le Road Coach

La voiture la plus fashionable des Haras nationaux. Construit à Londres par la firme anglaise Holland & Holland,
il a appartenu au baron de Zuylen de Nyevelt de Haar, président fondateur, avec le comte de Dion, de l’Automobile Club de France en 1895.
Il a été donné au haras en 1934. Classé Monument Historique en 1987.

Voir aussi : Programme 2011

Photo 8.jpg

Carrick à pompe
Haras de Saint-lô : Le seul carrick à pompe encore attelé en France ! Construit à Londres par Peters & Sons.
Il provient de la famille Savalete de Langes, à Saint-Pierre (Manche). Classé  Monument Historique en 2003.

Photo 9.jpg


Calèche transformable à huit ressorts

Photo 10.jpg
Haras de Tarbes : La seule voiture de cérémonie des Haras nationaux et la plus luxueuse. Construite à Paris par le carrossier Clochez entre 1831 et 1850.
Elle a servi en 1935 au cardinal Pacelli, futur Pape Pie XII. Classée Monument Historique en 1999.

Le grand break

Photo 11.jpg
Grand modèle, dit break de chasse, et dans les haras nationaux « break réglementaire des Haras ». En dépit de son nom anglais, le break est une création française, apparue peu avant 1850. Il existe sous plusieurs variantes, parmi lesquelles le grand modèle, dit break de chasse, est la version la mieux réussie.
Elle comprend, sur le devant, un siège de meneur élevé sur un coffre à coquille, dans la caisse, deux sièges de passagers en vis-à-vis accessibles par deux petites portières ouvertes au centre des panneaux latéraux, à l’arrière, un siège de grooms fixé au-dessus de la caisse sur de hautes ferrures.
Voiture sportive, utilisée à la campagne pour la promenade et la chasse, il sert aussi à l’exercice des chevaux, et même au transport de la domesticité. Le grand break est généralement attelée à quatre chevaux.

 

Les voitures les plus typiques

 


Le Tilbury

Photo 12.jpg
D’origine anglaise, le tilbury aurait été inventé par le carrossier londonien Tilbury au début du XIXe siècle.
Haute voiture à deux roues, découverte, dont la caisse se compose d’un seul siège pour deux personnes, en forme de rotonde
et orné de fins balustres en bois tourné. Elle est montée sur une suspension Dennett (deux ressorts d’essieu et un ressort transversal) ou sur quatre ressorts droits agencés en carré.
Les brancards sont réunis à l’arrière par une traverse.


La grande wagonnette
Grande wagonnette, appelée aussi break d’écurie.
Grande voiture à quatre roues, découverte, caractérisée par deux longues banquettes latérales placées dans la caisse. On y accède par une portière ouverte au centre du panneau arrière.
Voiture à double fin : destinée au dressage et à l’exercice des chevaux, on l’utilisait aussi pour la promenade à la campagne, la chasse, le service de la maison.
La première wagonnette aurait été construite en 1845 pour la famille royale d’Angleterre.

Photo 13 La Grande wagonette.jpg

Le phaéton
Apparu au XVIIe siècle, le phaéton a connu des versions nombreuses au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Le Stanhope phaéton, Type le plus réussi et le plus répandu au XIXe siècle, tire son nom de Fitzroy Stanhope qui aurait dessiné les plans du premier vers 1830.
Voiture à quatre roues, avec un siège de meneur important et confortable, souvent en rotonde, élevé sur la caisse, avec ou sans capote. A l’arrière un siège simple pour un ou deux domestiques. Utilisé d’abord comme voiture de promenade, il sera au XIXe siècle la voiture de maître par excellence. Toujours menée par son propriétaire, elle est utilisée indifféremment à la ville ou à la campagne pour se déplacer, ou pour le seul plaisir de l’attelage.

Photo 14 Le Phaéton.jpg


Le coupé

Photo 15 Le Coupé.jpg
Dérivé du grand coupé rond, le petit coupé de ville apparaît à Paris vers 1830, avant d’être importé par lord Brougham à Londres, où les carrossiers Robinson & Cook lui donneront sa forme définitive en 1838. C’est, avec le milord, la voiture la plus répandue au XIXe siècle.
Voiture à quatre roues, à caisse fermée, de forme carrée, contenant un siège pour deux passagers. Le siège du cocher est à l’extérieur, sur un coffre attenant à la caisse. Voiture de ville, privée, ou de louage, alors appelée fiacre. toujours conduite par un cocher.


Le squelette

Photo 16 Le Squelette.jpg
On ne peut fixer avec précision l’invention des premiers squelettes. Sans doute existaient-ils avant la fin du XVIIIe siècle.
Voiture à quatre roues, très robuste, capable de résister à la violence des jeunes chevaux en cours de dressage. Elle doit son nom à l’absence de toute partie carrossée et à sa structure entièrement apparente : une flèche robuste reliant les deux essieux, un siège élevé pour le cocher et de grands marchepieds et une étroite plate-forme où les assistants du dresseur se tiennent debout et d’où ils peuvent sauter rapidement, en cas de besoin, pour se porter à la tête des chevaux.  Voiture de dressage, on l’attelle à deux chevaux, l’un dressé et sûr, le maître, l’autre, un jeune cheval à dresser, l’écolier.

L’Omnibus

Photo 17 L'omnibus.jpg
L’omnibus et ses versions privées dites « de famille », « de château », « d’hôtel », apparaît vers 1850, lorsque se développe le chemin de fer, dont il est une sorte de prolongement puisqu’il assure la liaison entre les gares et les domaines privés, les châteaux, les hôtels, où il transporte passagers et bagages descendus du train.
Voiture à quatre roues. Sa caisse fermée se caractérise par une portière, unique, ouvrant au centre du panneau arrière, et donnant accès à deux banquettes intérieures latérales. Outre celui du cocher, il possède un second siège extérieur placé sur la partie antérieure du toit, qui est également équipé d’une galerie métallique servant de porte-bagages. Voiture de service assurant les déplacements entre gare et domaine, transportant invités et bagages.

La charrette anglaise
Inventée dans les années 1860 en Angleterre, elle connaît un vif succès dans la campagne française où elle est la voiture la plus répandue dans le dernier quart du XIXe siècle et la première moitié du XXe.
La caisse, ouverte, contient généralement deux sièges dos-à-dos, pour quatre passagers, le second pouvant se relever pour faciliter le rangement de bagages, paniers, marchandises diverses.
oiture à toutes fins, utilisée principalement à la campagne pour le transport des personnes, et de marchandises légères ou de petit matériel. Ses hautes roues lui donnant une grande stabilité et offrant au meneur une position élevée et confortable, elle est très appréciée pour la pratique de l’attelage à un cheval.

Photo 18 La Charette anglaise.jpg


Le dog-cart

Les Dogs-carts sont à deux ou à quatre roues.
Voiture de chasse inventée au XIXe siècle, très appréciée des gentlemen sportifs dans la deuxième moitié du siècle.
Voiture à caisse découverte, contenant deux sièges dos-à-dos pour quatre personnes. Elle se caractérise par des compartiments aménagés sous les sièges, et aérés par des jalousies pour le transport des chiens de chasse. Elle est souvent équipée d’un coffre à fusils.
Voiture de maître, sportive, qui sert à aller à la chasse, en compagnie de chiens transportés dans des compartiments spéciaux. Elle est aussi utilisée comme les phaétons, pour les promenades, les sorties en ville ou à la campagne, le plaisir de la conduite en guides.

Photo 19 Le Dog-Cart.jpg